Par : IEN
Publié : 3 avril 2014

La sécurité dans la cour de récréation

Il incombe au directeur de veiller à la bonne organisation générale du service de surveillance des récréations qui est assuré par roulement par les maîtres.

Le conseil d’école a compétence pour émettre des avis et présenter des suggestions en matière de protections et de sécurité des enfants dans le cadre scolaire et périscolaire conformément au décret n° 90-788 du 6 septembre 1990. Par conséquent, cette question peut être abordée lors de ses réunions.

+ Recueil de jeux des cours d’écoles

+ Les dangers de la cour de récréation

La récréation, doit être un temps de plus en plus investi par les enseignants, par souci éducatif mais aussi de sécurité.

« Les récréations sont des temps d’éducation qui sont organisés et exploités dans cette perspective par ceux qui en ont la responsabilité. »

La prévention :

L’obligation de surveillance s’impose naturellement durant les récréations.
« Le nombre d’adultes doit tenir compte de l’importance des effectifs et de la configuration des lieux. » Circulaire n° 97-178 du 18.09.1997

Conseils :

► L’interdiction de jeux violents ne suffit pas ; il convient de veiller à ce que ceux qui sont autorisés soient pratiqués avec correction.

► Les parents doivent fournir un écrit notifiant si leur enfant doit ou non garder ses lunettes en récréation, au cours des activités physiques et sportives.

L’organisation du service :

« Le service de surveillance pendant les récréations est organisé en conseil des maîtres. La sécurité des élèves doit être constamment assurée compte tenu de la configuration des lieux et de la nature, de l’état et de la distribution des locaux scolaires. »
Décret n° 90-788 du 06.09.1990
« Ce service peut être assuré par roulement des maîtres. »
Circulaire n° 97-178 du 18.09.1997

Conseil :

►Effectuer efficacement le service, c’est être en nombre suffisant et constamment vigilant pour intervenir sur le champ en cas de besoin.

Privation de récréation :

« Un élève ne peut être privé de la totalité de la récréation à titre de punition. »
Circulaire n° 91-124 du 06.06.1991

Conseil :

► Pour raison de comportement difficile, un élève peut être retenu et interdit de jeu (sous surveillance) pour une partie de la récréation seulement.
Les élèves handicapés :
« Les enfants handicapés (momentanément ou non) sont accueillis. »

Conseils :

► Les parents doivent fournir un certificat médical, et enseignant et parents préciseront les modalités de déplacement, de participation ou non à certaines activités en dehors de la classe, donc en récréation.

► Ne pas oublier qu’une vigilance accrue s’impose.
Il incombe au directeur de veiller à la bonne organisation générale du service de surveillance des récréations.
Le conseil d’école a compétence pour émettre des avis et présenter des suggestions en matière de protections et de sécurité des enfants dans le cadre scolaire et périscolaire conformément au décret n° 90-788 du 6 septembre 1990.

Durée des récréations :

« L’horaire moyen consacré aux récréations est de 15 min. par demi-journée à l’école élémentaire. Cet horaire doit s’imputer de manière équilibrée dans la semaine sur l’ensemble des domaines disciplinaires. A l’école maternelle, le temps des récréations est compris entre 15 et 30 min par demi-journée. »
Ces moments ne sont pas oubliés des projets éducatifs des écoles.
Chartes, règlements de cour, médiations et arbitrages par les enfants eux-mêmes, sont d’autres projets avec pour objectif de les associer à la gestion des conflits de la cour, à la recherche de solutions.

La sécurité :

Plus de 70% des accidents scolaires en maternelle et près de 85% de ceux constatés dans les classes élémentaires ont eu lieu dans les cours de récréation.
Au collège comme au lycée, le pourcentage des accidents scolaires localisés dans la cour diminue avec l’âge des élèves au profit de ceux survenant en EPS.
A tout moment une chute est possible, comme reste imprévisible le comportement d’un enfant qui peut échapper à la surveillance de l’enseignant Si le risque zéro n’existe pas, en revanche on peut limiter les risques. C’est le but de la réglementation.

Si « l’aménagement des locaux et des espaces extérieurs réservés aux élèves dans les écoles, l’installation et l’entretien des matériels mis à leur disposition, relèvent des municipalités propriétaires des locaux. », il revient aux directeurs « de se préoccuper de toutes les questions touchant à la sécurité des enfants » et d’informer les maires « des anomalies qu’ils pourraient constater. »
Il doit donc signaler au maire l’état défectueux de matériels ou installations, prendre le cas échéant les dispositions nécessaires dans l’attente des travaux en interdisant l’accès à certaines parties, veiller à ce que les objets dangereux ne soient pas laissés dans des lieux accessibles aux élèves.

+ Lire en ligne : aménager les cours des écoles

+ L’emploi du temps à l’école