Par : IEN
Publié : 14 avril 2016

Quelles modalités d’évaluation ?

Dernier ajout

+ Évaluation des acquis scolaires des élèves et livret scolaire, à l’école et au collège

Astuce ; pour ouvrir un lien dans un autre onglet, positionner le curseur sur le lien souhaité et appuyer sur la roulette de la souris.

Évaluation des acquis scolaires des élèves et livret scolaire, à l’école et au collège

Rappel ; circulaire de rentrée 2016

"L’évaluation doit permettre à chaque élève d’identifier ses acquis et ses difficultés afin de pouvoir progresser. Les nouvelles préconisations relatives à l’évaluation des élèves visent ainsi à améliorer l’efficacité des apprentissages. La maîtrise progressive des compétences déclinées par le socle commun s’évalue désormais en cohérence avec les nouveaux programmes d’enseignement, permettant une seule et même évaluation des acquis. Le niveau de maîtrise de chacune des composantes du socle commun de connaissances, de compétences et de culture est apprécié, en fin de cycle, selon une échelle de référence comportant quatre échelons (maîtrise insuffisante, maîtrise fragile, maîtrise satisfaisante et très bonne maîtrise).

Les attendus de fin de cycle étant précisés dans les programmes, les équipes enseignantes, les élèves et leurs familles disposent de repères pour mesurer leur acquisition.

Les professeurs disposeront en outre d’une banque d’outils d’évaluation leur permettant, pour certaines compétences, d’objectiver le positionnement des élèves sur l’échelle de référence en fin de cycle. En cours de cycle, les modalités de l’évaluation sont laissées à l’appréciation des équipes. Elles constituent un objet de travail essentiel pour les conseils de cycle, à l’école primaire, ou pour le conseil pédagogique, au collège. Pour ce dernier, le positionnement de l’élève peut se faire à travers la notation ou d’autres formes d’évaluation, dès lors que sont clairement explicités les points acquis et ceux restant à consolider avant l’évaluation de fin de cycle.

Pour améliorer la continuité des apprentissages, à l’intérieur de chaque cycle de la scolarité obligatoire puis entre le collège et le lycée, mais aussi en cas de changement d’école ou d’établissement scolaire, un livret scolaire de la scolarité obligatoire est créé pour chaque élève inscrit dans une école ou un collège de l’enseignement public ou privé sous contrat. Ce livret scolaire, qui intègre l’ensemble des formes d’évaluation des connaissances et des compétences, comprend des bilans périodiques, qui se substitueront aux actuels livrets des écoles et aux bulletins des collèges. En outre, ce livret comprendra, à chaque fin de cycle, des bilans de fin de cycle et les attestations obtenues par l’élève à l’école ou au collège. Ce livret scolaire revêtira une forme numérique, avec l’application nationale Livret scolaire unique numérique (LSUN), qui permettra, pour la première fois, de disposer d’un outil numérique national de suivi des acquis de l’élève tout au long de chaque cycle et de l’ensemble de sa scolarité à l’école et au collège.

Le diplôme national du brevet (DNB) évolue parallèlement : son obtention dépendra désormais à la fois des points obtenus par l’élève dans la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, appréciée par les équipes pédagogiques à la fin du cycle 4, et de ses résultats aux épreuves d’examen. Le nouveau DNB renforce la cohérence entre les apprentissages du cycle 4, à l’écrit comme à l’oral, et se décline en deux épreuves écrites, autour d’une thématique commune : la première épreuve écrite porte sur les programmes de français, histoire, géographie et enseignement moral et civique ; la deuxième épreuve écrite porte sur les programmes de mathématiques et, selon les sessions, deux des trois disciplines suivantes : physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre, technologie. Par ailleurs, une nouvelle épreuve orale porte sur un des projets menés par le candidat dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires du cycle 4 ou de l’un des parcours éducatifs."

"L’évaluation régulière des acquis des élèves constitue elle aussi un levier majeur de la réussite de chacun. Acte pédagogique à part entière, elle nécessite de la souplesse dans sa mise en œuvre pour tenir compte des différences d’âge et de maturité entre les enfants au sein d’une même classe et faire en sorte que chacun progresse et se développe harmonieusement. Pour pratiquer cette évaluation positive, il convient de définir des critères d’évaluation et des observables permettant d’objectiver les progrès réalisés par chaque enfant."

Évaluation des élèves du CP à la 3e. Un livret scolaire plus simple, un brevet plus complet

PDF - 646.3 ko
Evaluation des élèves du CP à la 3ème

Aujourd’hui, les pratiques sur le territoire divergent, les documents communiqués aux parents sont extrêmement différents d’une école à une autre, parfois peu clairs. Le livret personnel de compétences, pourtant indispensable pour l’obtention du brevet, est tombé en désuétude du fait de son exceptionnelle complexité.

PDF - 2.7 Mo
Télécharger le nouveau livret scolaire

Le nouveau livret scolaire de l’école et du collège est un outil simple et précis pour rendre compte aux parents des acquis de leurs enfants et permettre ainsi une évaluation plus complète et exigeante. Suivant les recommandations de la conférence nationale sur l’évaluation des élèves, ce nouveau livret sera désormais accessible en ligne afin que parents et élèves puissent en prendre connaissance. L’application de saisie des notes et des appréciations, simple et ergonomique, est commune aux enseignants du premier et du second degré, du public et du privé.

Consulter sur le site du Ministère

Programmes de l’école maternelle - consulter ici

Extraits :

"L’enfant qui entre pour la première fois à l’école maternelle possède déjà des savoir-faire, des connaissances et des représentations du monde  ; dans sa famille et dans les divers lieux d’accueil qu’il a fréquentés, il a développé des habitudes, réalisé des expériences et des apprentissages que l’école prend en compte."


"L’évaluation constitue un outil de régulation dans l’activité professionnelle des enseignants ; elle n’est pas un instrument de prédiction ni de sélection. Elle repose sur une observation attentive et une interprétation de ce que chaque enfant dit ou fait. Chaque enseignant s’attache à mettre en valeur, au-delà du résultat obtenu, le cheminement de l’enfant et les progrès qu’il fait par rapport à lui-même. Il permet à chacun d’identifier ses réussites, d’en garder des traces, de percevoir leur évolution. Il est attentif à ce que l’enfant peut faire seul, avec son soutien (ce que l’enfant réalise alors anticipe souvent sur ce qu’il fera seul dans un avenir proche) ou avec celui des autres enfants. Il tient compte des différences d’âge et de maturité au sein d’une même classe."


"Adaptée aux spécificités de l’école maternelle, l’évaluation est mise en œuvre selon des modalités définies au sein de l’école. Les enseignants rendent explicites pour les parents les démarches, les attendus et les modalités d’évaluation propres à l’école maternelle. "

La mise en œuvre de l’évaluation des élèves en français et en mathématiques au début de la classe de CE2

Pour permettre à chaque enfant des apprentissages plus solides dès l’école primaire, dans une logique de continuité entre les cycles d’enseignement, une évaluation du niveau des élèves en français et en mathématiques, à des fins diagnostiques, est mise en place au début de la classe de CE2. À cet effet, est mise en ligne sur Éduscol une banque d’exercices en français et en mathématiques :
centrés sur les compétences mises en jeu dans les apprentissages, pour permettre aux enseignants d’apprécier le degré de maîtrise de la compétence évaluée
à utiliser durant les premières semaines de l’année scolaire de CE2, au moment choisi par l’enseignant et en fonction des objectifs poursuivis au sein de la classe
pour toute la classe ou seulement quelques élèves
pour différencier et adapter la progression pédagogique aux besoins recensés

+ Consulter la fiche "La mise en œuvre de l’évaluation des élèves en français et en mathématiques au début de la classe de CE2"

Renforcer l’acquisition du socle commun notamment grâce à la maîtrise des langages ; rappel préparation de la rentrée 2015

Une évaluation du niveau des élèves en français et en mathématiques, à des fins diagnostiques, est mise en place au début de la classe de CE2 pour permettre aux équipes pédagogiques d’identifier les difficultés et de mettre en place une réponse adaptée aux besoins de chaque enfant. Pour les y aider, une banque d’outils d’aide à l’évaluation diagnostique en ligne sera mise à leur disposition durant le premier trimestre de l’année scolaire 2015-2016. Elle comportera un large choix d’items en français et en mathématiques, testés et se référant explicitement aux domaines du socle. Elle permettra aux enseignants d’évaluer les élèves au moment choisi par eux au cours des premières semaines de l’année et en fonction des objectifs poursuivis au sein de la classe.

L’évaluation des acquis des élèves ; rappel préparation de la rentrée 2014

1 - Un enjeu déterminant pour la réussite des élèves

La connaissance et la maîtrise du processus d’évaluation constituent une compétence attendue de tous les enseignants sur l’ensemble de la scolarité.
Quelle que soit la forme que prennent l’évaluation et sa traduction (notation, validation de compétences, etc.) et quelle que soit la finalité qu’on lui attribue, elle doivent être conçues comme un moyen de faire progresser les élèves, d’analyser les processus d’apprentissage, de les faciliter et de les réguler.
L’évaluation joue plusieurs rôles :
- elle renseigne sur le degré de réussite de la tâche entreprise et sur la démarche suivie ;
- elle mesure le degré d’acquisition des connaissances et des compétences ;
- elle identifie les fragilités ou les points non acquis ;
- elle est au service des apprentissages et doit permettre à chaque élève de progresser par une connaissance objective de ses acquis et aux professeurs de mieux adapter les aides et les approfondissements aux besoins constatés ;
- elle intervient dans le choix pour chaque jeune de son orientation en fin de troisième.
L’évaluation est l’une des problématiques professionnelles incontournables des équipes pédagogiques disciplinaires, interdisciplinaires et de cycle. Au cœur des projets d’école comme des projets d’établissement, c’est l’un des objets de travail principaux des conseils de maîtres comme des conseils pédagogiques, ou des conseils école-collège.

2 - Faire évoluer les modalités d’évaluation

Aujourd’hui, de l’école primaire au lycée, certaines pratiques d’évaluation rendent difficilement compte des progrès des élèves et de la nature de leurs erreurs. Elles induisent parfois des classements perçus comme stigmatisants et dévalorisants ; elles peuvent donc porter atteinte à l’estime de soi et générer un découragement face au travail. Cette « pression » est révélée lors des évaluations du programme Pisa : les élèves français ne répondent pas et manquent d’initiative par peur de se tromper et de perdre des points.
La notation chiffrée est souvent perçue comme une « récompense » ou une « sanction ». Elle ne renseigne pas l’élève sur ce qu’il sait faire et ne sait pas faire. L’usage courant de moyennes de notes, qui amalgament des données le plus souvent très disparates, ne fait que renforcer ce caractère de « récompense » ou de « sanction ». Afin d’éviter cet écueil, il s’avère nécessaire de qualifier, par des annotations explicatives et une appréciation, les acquis de chaque élève pour lui permettre de progresser. Cette appréciation reprend avec précision les critères énoncés pour signifier le degré de réussite ou d’échec que présente le travail de l’élève au regard des connaissances et des compétences attendues.

3 - Privilégier une évaluation positive et bienveillante favorisant la réussite de tous les élèves
La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République appelle à faire évoluer les modalités d’évaluation des élèves vers une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles, pour mesurer le degré d’acquisition des connaissances et des compétences ainsi que la progression de l’élève.
Pour encourager l’élève et lui permettre de prendre confiance en ses capacités, toute évaluation est réalisée dans un esprit de rigueur bienveillante tout au long de la scolarité :
- les contenus évalués sont précisés à l’avance, les objectifs et les critères de l’évaluation sont énoncés et explicités ;
- la communication des résultats de l’évaluation est accompagnée de commentaires précis mettant en évidence non seulement les erreurs, les insuffisances, les fragilités, mais aussi et surtout les réussites et les progrès de l’élève afin de lui permettre d’en tirer le meilleur profit.
À l’école élémentaire et au collège, l’évaluation se réfère notamment aux compétences du socle commun de connaissances, de compétences et de culture pour être en cohérence avec les exigences de l’école, tout en tenant compte des rythmes d’apprentissage de l’élève.
Une compétence se construit progressivement et peut être évaluée et validée au fur et à mesure de l’apprentissage :
- évaluer est un acte répété, conduit le plus souvent à partir du regard d’un enseignant ou de l’élève (dans le cas d’auto-évaluation), qui ponctue les apprentissages et s’inscrit dans le quotidien de la classe ; cet acte individuel, mais qui peut aussi être conduit dans un cadre collectif, permet de mesurer les progrès et la mise en place de la remédiation ;
- valider est un acte définitif, binaire (oui/non), conduit à partir des regards croisés des évaluateurs d’une équipe.
L’étape ultime de l’évaluation des compétences consiste à confronter les élèves à une tâche nouvelle qui mobilise néanmoins les connaissances comme les capacités acquises pendant les phases d’apprentissage.
Au collège, les évaluations sont restituées sous deux formes compatibles et complémentaires : notation chiffrée et renseignement des compétences.
L’obtention du diplôme national du brevet (DNB) associe ces deux modes d’évaluation et reste inchangée. Seule la note de vie scolaire a été supprimée conformément au décret publié au Journal officiel du 15 janvier 2014, mais les compétences 6 (« Compétences sociales et civiques ») et 7 (« Autonomie et initiative ») qu’elle sollicitait sont évaluées dans le cadre du socle commun.

Complément ; BO n°28 du 15 juillet 1999 - collèges (adaptable aux écoles)

(...)

Remplir un bulletin scolaire est une tâche exigeante et difficile pour les équipes enseignantes mais d’une importance capitale pour les élèves.
S’agissant des performances scolaires, les informations portées sur le bulletin doivent être suffisamment précises et complètes. Ainsi, pour les notes trimestrielles, il convient de distinguer les notes obtenues à l’oral et à l’écrit et, pour ces dernières, d’indiquer à combien de contrôles et de devoirs elles correspondent. L’évaluation de l’oral porte sur des compétences précises et pas seulement sur la participation de l’élève. Il y a lieu, également, de faire figurer, pour chaque discipline, la note moyenne de la classe ainsi que les notes minimale et maximale attribuées aux élèves de la classe. Il y a des efforts qui doivent être reconnus même s’ils ne débouchent pas sur de bonnes notes. Il faut donc expliquer pourquoi et comment progresser.
Il est utile également de prendre en compte, dans l’évaluation du travail et des activités des élèves, des compétences qui ne portent pas directement sur les performances scolaires : sens de l’initiative, autonomie, prise de responsabilité, travail fourni.
Les commentaires relatifs à chaque élève doivent comporter, d’une part, une appréciation sur ses performances scolaires, valorisant ses points forts et l’encourageant à progresser et, d’autre part, des conseils précis sur les moyens d’améliorer ses résultats. Il convient que les appréciations portées soient suffisamment détaillées et nuancées ainsi que respectueuses de la personne de l’élève. Il est demandé de bannir tout vocabulaire trop vague ("peut mieux faire", "moyen"), réducteur ("faible", "insuffisant") voire humiliant ("inexistant", "nul", "terne") qui n’aide aucunement l’élève. Il faut dire à l’élève ce qu’il fait et ce qu’il doit faire et privilégier les appréciations de nature à l’encourager pour que le bulletin trimestriel remplisse réellement son rôle éducatif.

+ Mouvement Contre la Constante Macabre

+ Les notes, à quoi ça sert ? Reportage Euronews

+ Grilles de références pour l’évaluation et la validation des compétences

+ Lire ; Les effets des maintiens (redoublements)

+ Mieux évaluer pour mieux apprendre ?

+ L’évaluation des compétences des élèves : un changement de paradigme ?

+ L’évaluation des acquis des élèves

+ Evaluer "pour" les apprentissages, ça marche

+ Évaluer et différencier pour aider les élèves

+ Retrouvez tous les débats sur la conférence nationale


Conférence nationale sur l’évaluation des... par EducationFrance


Journées de l'Evaluation - Matinée du jeudi 11... par EducationFrance


Journées de l'Evaluation - Après-midi du jeudi... par EducationFrance


Journées de l'Evaluation - Matinée du vendredi... par EducationFrance


Journées de l'Evaluation - Après-midi du... par EducationFrance